EMBARQUEMENT IMMEDIAT...

Juste des mots qui nous ressemblent change de peau..., ce sera encore des mots de tous les jours, des mots de tous les soirs... la même chose en différent... Prenez place, je vous en prie, pour cette nouvelle aventure...

05 octobre 2009

Les écrivains...

Les écrivains ont-ils encore quelque chose à dire ? (lien hyper pour lire l'article...)
article paru dans Le Monde le 6 octobre 2009


Je ne suis pas sure qu'aucun écrivain n'ait jamais eu quelque chose à dire...
A sortir peut-être... A sortir de lui, à extraire même parfois...
Quelque chose à dire ?... Mais les écrivains ne disent pas, ils écrivent, cela n'a rien à voir...
Le relation à autrui est moindre dans l'acte d'écrire même quand les mots qu'on écrit s'adressent à autrui, même quand l'implication émotionnelle est forte...

L'image que je vais employer est galvaudée, mais je vais la reprendre quand même.
L'écriture c'est parfois comme un accouchement, les deux peuvent prendre pour synonyme "délivrance" quand le processus s'achève...
On pourrait même faire un parallèle complet avec toutes les étapes pré et post accouchement, cette tension qui monte, jusqu'à l'expulsion et qui redescend.
Oui... l'écriture, ça peut aussi être tout ça, avec une durée de temps très variable d'une étape à une autre...

Il y a parfois les urgences, qui s'évacuent très vite... les graves, les moins graves, les relatives, les "qu'on veut garder en l'état", celles qui sont urgentes mais avec processus lent...
Chaque "cas" est différent, chaque personne est différente, et chacun change ses réactions au fur et à mesure de ses expériences, de ses connaissances et de ses motivations profondes...

Ecrire pour dire... ou écrire pour être lu ne s'inscrivent pas dans la même démarche...
La mélodie des phrases peut exister de la même façon, mais les mots seront différents suivant qu'on veut les transmettre par le biais d'une communication orale ou écrite : le style parlé passe mal à l'écrit (logique...) et le style soutenu parait un peu engoncé à l'oral...

Les écrivains n'ont rien à dire quand ils jouent sur les cordes romanesques ou artistiques pures, et c'est bien là leur véritable utilité et leur plus grand talent...

......

La Diagonale de l'Ecriture...

Posté par laurencewitko à 21:52 - Les nouvelles... - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2009

Les femmes pleurent...

LES FEMMES PLEURERAIENT PENDANT 16 MOIS....

Lu sur Zigonet

" Le sondage réalisé sur 3 000 personnes, a été mené par le site internet TheBabyWebsite.com. Il a mis au jour que les raisons pour lesquelles les femmes pleurent changent radicalement durant leur vie. Entre sa naissance et l'âge de 78 ans, une femme passerait plus de 12 000 heures à pleurer, pour différentes raisons comme la colère (quand elle est enfant) ou plus tard la tristesse d'être célibataire. Durant les trois premières années de leur vie, les femmes pleurent trois heures par jour, demandant à être changées, nourries ou amusées. Devenues plus grandes, les adolescentes pleurent environ 2 heures et 13 minutes par semaine. A partir de 25 ans, cette durée augmente à 2 heures 14 minutes par semaine principalement à cause des histoires de coeur et des films à l'eau de rose."

Quand j'ai lu cette information, quelques interrogations qui sont arrivées en vrac :

** Peut-on cumuler les 16 mois sur une période donnée pour être débarrassées de l'affaire ? Y a t-il une posologie idéale pour bien vivre avec ?

** Avec le manque de temps dont souffre tout le monde en ce moment, quand trouve-t-on 2h14 dans la semaine pour s'adonner à la pratique ?
Et peut-on alors exiger un allègement d'horaires (tant à la maison qu'au travail) de façon à pouvoir exploiter ce temps comme il convient ?...

** Ne pourrait-on pas, dans un souci de protection et de préservation des ressources naturelles, trouver un moyen de récupérer toutes ces larmes de femmes ?... 
On pourrait même, peut-être, en tirer un sel très doux, qui épiceraient nos plats d'un subtil mélange...
Ou abreuver la terre de ces larmes versées... ça sauverait peut-être la planète un système d'irrigation basé sur les émotions des gens plutôt que sur leurs intérêts...
Les rivières de la vie....

** Doit-on annoncer la nouvelle aux enfants dès qu'elles sont en âge de comprendre ?...
Elles pourraient ainsi se rendre compte par de très simples calculs arithmétiques si elles ne dépensent pas un peu trop en "broutilles" ce capital précieux...
Et...

Doit-on présenter ça comme une "bonne" ou une "mauvaise" nouvelle ?...


" Que deviennent toutes les larmes qu'on ne verse pas ?"
Jules Renard

Posté par laurencewitko à 01:09 - Les nouvelles... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les Nouvelles de Lo...

" Ce que je reproche aux journaux, c'est de nous faire faire attention tous les jours à des choses insignifiantes, tandis que nous lisons trois ou quatre fois dans notre vie, les livres où il y a des choses essentielles."
Marcel Proust


On n'y fait pas assez attention, mais... notre univers mental et cérébral conditionne notre façon d'appréhender la vie. En effet, celui-ci pose ses verres teintés sur la réalité et nous donne à contempler des images considérées sous cet artifice-là...

le catastrophisme pour fidéliser la clientèle,
le pessimisme pour entretenir l'angoisse et la morosité,
le voyeurisme pour exciter les egos endormis et attiser l'ironie et la jalousie,
le despotisme en imposant des répétitions en boucle des informations devant rester au palmarès,
le sectarisme par les prises de position dominantes livrées en conclusion définitive d'une réflexion,
etc...

Nous vivons dans un monde de l'instantané désormais, où la surinformation fait de nous des machines à recevoir passivement leur dose de lassitude quotidienne de vivre dans un monde qu'on commence à avoir du mal à comprendre...
Soit que la machine se soit emballée, et que personne n'ose nous dire que l'on ignore tout de l'avenir...
Soit qu'on développe chacun le même syndrome de "dépassement" de l'entendement des choses...


Quoi qu'il en soit, il revient à chacun de se protéger de l'information nocive, non utile et non génératrice de quoi que ce soit.
Il est grand temps de boycotter tous ces leurres de connaissances pour revenir à une vie qui saurait mesurer l'importance des choses sur d'autres critères...

J'ai rêvé il y a longtemps de "La machine à imprimer les bonnes nouvelles"... Toujours dans mes cartons cérébraux, elle attend son heure...
Ce que je préfère dans les Actualités, ce sont les informations drôles, insolites,  absurdes, héroïques ou si magnifiquement inutiles, parce qu'elles témoignent de l'expérience de PERSONNES... dans ce qu'elles ont de plus unique...

Laissez-vous embarquer tout autour du monde et de sa folie douce... ...


Posté par laurencewitko à 01:04 - Les nouvelles... - Commentaires [0] - Permalien [#]