EMBARQUEMENT IMMEDIAT...

Juste des mots qui nous ressemblent change de peau..., ce sera encore des mots de tous les jours, des mots de tous les soirs... la même chose en différent... Prenez place, je vous en prie, pour cette nouvelle aventure...

25 septembre 2010

Le passage de la lumière ?...

" L'amour, c'est ce pays à l'infini, ouvert par deux miroirs qui se font face."
André Hardellet

Deux miroirs qui se font face renvoient une image démultipliée, à la fois la même et différente, dans une perspective d'infini exponentielle...
Deux personnes qui se font face aussi, se renvoient à loisir, leurs deux images en reflet d'interprétation de l'un par l'autre et de l'autre en fonction de l'un, sans qu'on ne sache très bien laquelle est départ ou conséquence...
Est-ce que dans l'amour, c'est bien l'autre que l'on regarde, ou bien est-ce soi-même que l'on cherche à trouver ?...

L'amour reste chaque fois, un pays mystérieux, dans lequel on accoste souvent par hasard, sans préméditation ni documentation sur le parcours et le climat dans lequel il nous entrainera...
Bien qu'il ne s'agisse pas d'une traversée en solitaire, chacun y mène son aventure de façon unique et personnelle, et y éprouve ses capacités d'adaptation et d'imagination, à sa mesure...
C'est chemin faisant que se crée une cohésion d'ensemble, à la force de nécessaires ajustements qui jalonnent le terrain, et au prix d'une confiance, qui ne s'établit qu'avec l'envie d'aplanir les différences et les distances...
L'amour est bien un pays qui s'ouvre à l'infini pour ceux qui sauront conquérir leur liberté de rester qui ils sont, en ne tombant pas dans le piège illusoire de la fusion, laquelle ne peut mener que de déception en déception... parce que la base de l'amour se dresse sur l'acceptation du fait que l'autre reste un compagnon de voyage, et non une extension de soi...

On sait rarement par avance, si l'on prend un billet aller simple sans retour, ou si le périple sera passager, indépendamment de son intensité, et, l'implication que l'on y ressent ou l'engagement que l'on y prend n'y changent rien : l'amour reste un pays d'infinie... incertitude, où l'équilibre reste une constante précaire à laquelle il faut constamment veiller, si l'on veut minimiser le risque de naufrage ou de sabordage...
L'amour peut paraitre une terre compliquée à appréhender, quand en plus de l'infini, on en voudrait l'absolu...
L'absolu de l'amour... pourrait se peindre sur une lande protégée et sereine, à l'abri des vents et des courants du large, avec un ciel toujours bleu dans un monde parfait et idéal, où aucune réalité blessante ne pourrait venir troubler cette image du bonheur... autant dire qu'on confond l'amour avec une peinture naïve et enfantine d'une projection de paradis...
En réalité, l'amour a ses reliefs et ses récifs, sur lesquels on se hisse, sur lesquels aussi on se blesse, et du haut desquels, on voit le monde différemment...

L'amour est une ouverture de perspectives, dans cet échange addictif entre deux êtres, qui donne naissance à une entité "couple", elle-même aussi unique que chacun des participants engagés...
En effet, il n'y a point de modèle possible, ni de routes par avance balisées, mais un chemin toujours inédit à découvrir et à conquérir... Les pistes du bonheur y sont peut-être à portée pour ceux qui sauront s'y épauler, sans vouloir y répéter ou y projeter d'autres films déja tournés dans le même genre de lieux et de circonstances...

Stevenson a fait rêver beaucoup d'enfants avec son île au trésor, perdue quelque part au large d'on ne sait où...
En grandissant, on se dit qu'il se pourrait bien que l'amour soit ce pays d'inconnu et d'aventure à trouver sur la carte...
Et si on s'y applique, peut-être même qu'on peut y mettre à jour un trésor.
..

Posté par laurencewitko à 02:16 - Les uns et les autres... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire